Recent additions, changes and updates to Don's Maps


Navigation


Back to Don's Maps


  Mousterian (Neanderthal) Sites Mousterian (Neanderthal) Sites     La Quina Main La Quina page

La Quina modern excavations stratigraphy


La Quina stratigraphy La Quina stratigraphy


(Gauche) Stratigraphie de la coupe nord, (droit) Stratigraphie de la coupe sud

(Left) Stratigraphy of the north cut, (right) Stratigraphy of the south cut.

Photo: Debénath A. et al (1998)


Layer 1

Arable land, containing a few flakes of flint and reworked bone fragments.

Layer 2

A wedge shape between the wall which opens out at the square N 1004 and N 1005 and layer 3, its maximum thickness is 0.50 m. A dark yellow ochre color, it is a sandy-clay sediment in which many pores are visible. Its upper part is the level 2a, thickness of about thirty centimeters, contain numerous large plaquettes (up to 30 cm in length). It plunges to the wall and is poor in archaeological remains at the top. The lower depth of about twenty centimetres, differs from the upper part by the absence of plaquettes. This level 2b consists of smaller limestone scree, usually dull, included in a sandy-clay sediments. It is the main level of the archaeological layer.

Layer 3

Formed by large boulders, it is located in the square in 1005 and N M 1005. Its horizontal elements may have been frozen at one time. This level has been extended along the slope but has been kept in that area. Poor in interstitial sediment, this layer contains some rare remains of wildlife.

Layer 4

Composed of small boulders (2 to 3 cm in diameter), this layer contains a few coarse elements (up to 5 cm in diameter). Interstitial sediment is rare. On an average thickness of 0.20 m, this layer has been subdivided, based on sedimentological arguments, into two levels: 4a and 4b, both rich in fossil remains. Layer 5

It is a thin wafer level, not joined, separating 4b and 6a.

Layer 6

This complex, thicker than 0.50 m, is divided locally from top to bottom:

The layer 6 complex is archaeologically rich and corresponds to the "last Mousterian habitat" of G. Henri-Martin. It is grey as a whole (burnt bones, ash) and becomes darker toward the wall (because of infiltrations of water).

Layer 7

This limestone layer, yellowish, disappearing towards the north, has a maximum thickness of fifteen centimetres. It is archaeologically poor.

Layer 8

This is a second layer of rich burned and unburned bone fragments, and is only partially excavated.

South Cut

To avoid confusion, we have established a special nomenclature for deposits of this area (the south cut). It differs from top to bottom, as shown in the diagram above.

Topsoil

Layer A-B

This consists of yellow-light brown colluvium (i.e. material washed down from the slope above - Don) with no structure visible to the naked eye. It truncates the top of the filling and contains the entire thickness of the gravel with sometimes large elements (length to 30 cm), and small pebbles and a few dull inserts aligned in the direction of moderately large blocks (10 cm) which constitute the level B, and is discontinuous. The A-B layer, little researched, appears to be sterile. It is thick to a maximum of 0.50 m. The lower limit of A is sharp and clear. Level A meets level C when not separated by the blocks of level B.

Layer C

Its thickness varies in the depth of 0.10 m to 0.25 m. it is gray-brown. It contains the first archaeological level. It contains many elements of small gravel (2-3 cm) and larger platelets (8-9 cm). All are blunt and aligned in the direction of the slope, as well as the archaeological evidence. They are numerous, mainly skeletal remains. A few flint chips are burned. All these elements are embedded in the sediment interstitial dévoloppé just not structured porous. Examination under the microscope shows numerous micro-burned bones that give the sediment its grayish color.

This layer corresponds to the layer 8 of the southern part of the cut. The square G in 1006, it is affected by cryoturbation phenomena. (Cryoturbation (frost churning) refers to the mixing of materials from various horizons of the soil, even right down to the bedrock, due to freezing and thawing. - Don) Its lower boundary is diffuse.

D layer

The D layer reaches 0.50 m at maximum depth. It is usually brown in colour. It is arranged, at least in part locally, in two levels: D1 and D2.

D1 differs little from C, except by the absence of burnt material. It contains many small pebbles 2-3 cm in diameter as well as larger elements (5 cm) towards its base, and more rarely a few blocks up to 20 cm.

D2 differs from D1 by the rarity of stony elements. We meet only some coarse, dull pieces of 6-7 cm in diameter. The sediment is sandy-silty-clay loam, very porous structure without obvious structure.

Like C, this set is slightly affected by the phenomenon of cryoturbation in the northern part of the square G 1006. The D1-D2 limit is usually diffuse, the difference between D2 and C is greater.

In parts of South and North G 1006 H-1006, D2 is directly based on G1. The boundary between the two levels is clear and distinct.

E layer

Discontinuous, it was mainly observed in F1006 and in the northern part of G 1006.

It consists of large blocks often having an apparent diameter of about thirty centimeters with rounded edges, but less than the level in B. The sediment is silty-sandy, porous, light brown. Poor archaeologically, E reached a depth of 0.60 m in F 1006. It is nearly horizontal in F 1006 and disappears in G 1006.

F layer

The F layer consists of silty clay reddish brown colluvium , the layer has a maximum thickness of 0.15 m in the southern part of H 1006, bevelled ends in the northern part of H 1006 and reappears in the form of a thick lens of 0.15 m located in the northern part of G 1006. It thickens significantly towards the south where it appears to be a major part of the structure V. It is archaeologically poor.

Layer G

This set is divided into three levels locally which are cut to the north by the layer E. It is steeply dipping on the north-south axis.

G1, maximum thickness of 0.35 m, consists of small boulders (1-2 cm) dull, with elements up to 5-6 cm, embedded in a silty sand matrix, porous, and of a non-structured dark brown color . It contains a rich set of archaeological material as well as wildlife elements sometimes anatomically connected. The G1-G2 boundary is clear and sharp;

G2 is thinner (0.15 m) and differs from G1 by larger stones (3-5 cm), blunt or rounded. Sediment, rarer, is of the same color as in G1. The boundary between G3 and J is fairly clear.

Layer J

Level thin silty sand, pale brown (0.10 cm), containing small blunt limestone boulders about 1 cm in diameter. Its junction with K is diffuse.

Layer K

0.15 cm thick, it is distinguished from J by the presence of coarse limestone (10 cm). Its limit with L is fairly clear.

Layer L

Thick layer of 0.20 m, sandy-clayey silty gray-brown archaeologically rich, this layer was only partially excavated in G 1006.

Levels underlying L have been observed, both by the excavation of the square H 1005 and, secondly, on the sagittal FG/1003-1004, which is substantially the basis of the cut of G of Henri-Martin. These are the layers M Q.

Layer M

It is a silty-clay brown-yellow, with a thickness that can not be specified now. This layer contains a rich fauna whose composition appears similar to that from the area west of the deposit. It is divided into three local levels. The lithic components are quite rare, but characteristic of the Quina Mousterian type. The limit M-N is marked.

Layer N

Sandy clay, in color light gray, thickness approximately 0.20 m, containing fauna and industry. It also contains relatively large limestone elements (10 cm). The limit with O is clear.

O layer

This layer consists of weathered limestone boulders on the spot. A dozen centimetres thick, it appears limited to a lens holding the square G 1006 and the southern part of F 1006. Its limit with P is clear.

P layer

At least locally, this layer consists of silty clay sand, pale olive color. It is thicker than 0.10 m. Its limit with Q is very clear.

Q layer

Fine sands, fluvial, color pale yellow-brown. Thickness about twenty centimeters, it presents numerous sedimentary figures with colour changes.

Bedrock.

A. D.




Couche 1

C'est de la terre arable, contenant quelques éclats de silex et fragments osseux remaniés.

Couche 2

Coincée en biseau entre la paroi qui s'évase au niveau des carrés N 1004 et N 1005 et la couche 3, son épaisseur maximale est de 0,50 m. De coleur ocre-jaune foncé, elle est constituée par un sediment sablo-argileux au sein duquel de nombreux pores sont visibles. Sa partie supérieure constitue le niveau 2a, épais d'une trentaine de centimètres, contenant de nombreuses plaquettes de grande taille (jusqu'à 30 cm de longeur apparente). Elle plonge vers la paroi et est pauvre en vestiges archéologiques à son sommet. La partie inférieure, puissante d'une vingtaine de centimètres, diffère de la partie supérieure par l'absence de plaquettes. Ce niveau 2b se compose d'éboulis calcaires de dimensions plus réduites, en général émoussés, inclus dans un sédiment sablo-argileux. Il constitue le principal niveau archéologique de cette couche.

Couche 3

Constituée par de gros éboulis, elle est localisée dans les carrés M 1005 et N 1005. Ses éléments, horizontaux, sont parfois gélivés sur place. Ce niveau a pu s'étendre le long du talus mais n'a été conservé que dans cette zone. Pauvre en sédiment fin interstitiel, cette couche contient quelques rares éléments fauniques.

Couche 4

Composée d'éboulis de petites dimensions (2 à 3 cm de diamètre), cette couche renferme quelques rares éléments plus grossiers (jusqu'à 5 cm de diamètre). Le sédiment interstitiel est rare. D'une épaisseur moyenne de 0,20 m, cette couche a été subdivisée, sur la base d'arguments sédimentologiques, en deux niveaux: 4a et 4b, tous deux riches en vestiges paléontologiques.

Couche 5

Il s'agit d'un mince niveau de plaquettes émoussées, non jointives, séparant par place 4b de 6a.



Couche 6

Cet ensemble, épais de 0,50 m environ, se subdivise localement de haut en bas en:



L'ensemble 6 est archéologiquement très riche et correspond au << dernier habitat moustérien >> de G. Henri-Martin. Il est de couleur grise dans son ensemble (os brûlés, cendres) et devient plus sombre vers la paroi (infiltrations d'eau).

Couche 7

Cette couche calcaire, jaunâtre, disparaissant vers la nord, est épaisse au maximum d'une quinzaine de centimètres. Elle est archéologiquement pauvre.

Couche 8

Il s'agit d'un second niveau riche en fragments osseux brûlés ou non et partiellement fouillé.



Coupe Sud

Afin d'éviter des confusions, nous avons établi une nomenclature particulière aux dépôts de cette zone (coupe sud). On distingue de haut en bas (fig. 3)

Terre végétale

Couche A-B

Elle est constituée de colluvions de couleur jaune-brun clair ne présentant pas de structure visible à l'oeil nu. Elle tronque la partie supérieure du remplissage et contient dans toute son épaisseur des éléments caillouteux parfois de grande taille (longeur apparente atteignant 30 cm), ainsi que des petits cailloux et quelques plaquettes émoussés, alignés dans le sens de blocs moyennement volumineux (10 cm) qui constituent le niveau B, discontinu. L'ensemble A-B, peu fouillé, semble être stérile. Il est épais au maximum de 0,50 m. La limite inférieure de A est brutale et très nette. Le niveau A ravine le niveau C lorsqu'il n'en est pas séparé par les blocs B.

Couche C

Son épaisseur varie dans la partie fouillée de 0,10 m à 0,25 m. elle est de couleur gris-brun. Elle renferme le premier niveau archéologique. Elle contient de nombreux éléments caillouteux de petite taille (2-3 cm), ainsi que des plaquettes plus grandes (8-9 cm). Tous sont émoussés et alignés dans le sens de la pente, de même que les éléments archéologiques. Ces derniers sont nombreux, principalement les reste osseux. Quelques éclats de silex sont brûlés. Tous ces élémentes sont noyés dans un sédiment interstitiel peu dévoloppé, non structuré, poreux. Leur examen à la loupe montre de nombreux microfragments d'os brûlés qui donnent au sédiment sa couleur grisâtre.

Cette couche correspond à la couche 8 de la partie sud de la coupe. Dans le carré G 1006, elle est affectée par des phénomènes de cryoturbation. Sa limite inférieure est diffuse.

Couche D

L'ensemble D atteint au maximum 0,50 m de puissance. Il est couleur générale brune. Il se devise, au moins localement dans la partie fouillée, en deux niveaux: D1 et D2.

D1 diffère assez peu de C, si ce n'est par l'absence d'éléments brûlés. Il contient de nombreux petits cailloux de 2-3 cm de diamètre ainsi que des éléments plus gros (5 cm) surtout vers sa base, et plus rarement quelques blocs pouvant atteindre 20 cm.

D2 se différencie de D1 par la rareté des éléments caillouteux. Seuls se rencontrent quelques éléments grossiers de 6-7 cm de diamètre, émoussés. Le sediment fin est sablo-argilo-limoneux, très poreux, sans structure affirmée.

Tout comme C, cet ensemble est légèrement affecté par des phénomènes de cryoturbation dans la partie nord du carré G 1006. La limite D1-D2 est en général diffuse, celle entre D2 et C est plus nette.

Dans les parties sud de G 1006 et nord de H 1006, D2 repose directement sur G1. La limite entre les deux niveaux est nette et régulière.

Couche E

Discontinue, elle a été principalement observée en F1006 et dans la partie nord de G 1006.

Elle est constituée de blocs souvent volumineux, ayant un diamètre apparent de l'ordre d'une trentaine de centimètres, aux arêtes émoussées, mais moins que dans le niveau B. Le sédiment fin qui les enrobe est limono-sableux, poreux, brun pâle. Archéologiquement pauvre, E atteint 0,60 m de puissance en F 1006. Elle est pratiquement horizontale en F 1006 et disparaît en G 1006.

Couche F

Constituée de colluvions argilo-limoneuses brun rougeâtre, cette couche, épaisse au maximum de 0,15 m dans la partie sud de H 1006, se termine en biseau dans la partie nord de H 1006 et réapparaît sous forme d'une lentille épaisse de 0,15 m localisée dans la partie nord de G 1006. Elle s'épaissit fortement vers le sud où elle semble constituer la majeure partie de la structure en V. Elle est archéologiquement pauvre.

Couche G

Cet ensemble se subdivise localement en trois niveaux qui sont ravinés vers le nord par la couche E. Il présente un fort pendage sud-nord.

G1, épais au maximum de 0,35 m, est constitué de petits éboulis (1-2 cm) émoussés, accompagnés d'éléments atteignant 5-6 cm, noyés dans une matrice limono-sableuse, poreuse, non structurée de couleur brun sombre. Il contient un riche matériel archéologique ainsi que des éléments fauniques parfois en connexion anatomique. La limite G1-G2 est nette et brutale;

G2 est plus mince (0,15 m) et diffère de G1 par une plus grande taille (3-5 cm), émoussés ou arrondis. Le sédiment fin, plus rare, est de même couleur qu'en G1. La limite entre G3 et J est assez nette.

Couche J

Mince niveau limono-sableux brun pâle (0,10 cm), il contient des petits éboulis calcaires émoussés d'environ 1 cm. Sa limite avec K est diffuse.

Couche K

Épaisse de 0,15 cm, elle se distingue de J par la présence d'éléments calcaires grossiers (10 cm). Sa limite avec L est assez nette.

Couche L

Couche épaisse de 0,20 m environ, sablo-argilo-limoneuse de couleur gris-brun foncé Archéologiquement assez riche, cette couche n'a été que très partiellement fouillée en G 1006.

Les niveaux sous-jacents à L ont pu être observés, d'une part par la fouille du carré H 1005 et, d'autre part, sur la coupe sagittale F-G/1003-1004, qui représente sensiblement la base de la coupe de G. Henri-Martin. Ce sont les couches M à Q.

Couche M

Il s'agit d'un niveau limono-argileux brun-jaune, d'une épaisseur qui ne peut être précisée actuellement. Cette couche renferme une riche faune dont la composition semble proche de celle provenant de la zone ouest du gisement. Elle se subdivise lacalement en trois niveaux. Les éléments lithiques sont assez rares, mais caractéristiques d'un Moustérien de type Quina. La limite M-N est nette, digitée.

Couche N

Sables argileux de couleur gris clair, épais d'environ 0,20 m, renfermant de a faune et de l'industrie. Ils contiennent également des éléments calcaires assez volumineux (10 cm). La limite avec O est nette.

Couche O

Cette couche se compose d'éboulis calcaires altérés sur place. D'une dizaine de centimètres d'épaisseur, elle semble limitée à une lentille occupant le carré G 1006 et la partie sud de F 1006. Sa limite avec P est nette.

Couche P

Au moins localement, cette couche est constituée par des sables limono-argileux fins, de couleur olive pâle. Elle est épaisse de 0,10 m. Sa limite avec Q est très nette.

Couche Q

Sables fins, fluviatiles, de couleur brun-jaune pâle. Épais d'une vingtaine de centimètres, ils présentent de nombreuses figures sédimentologiques (color-bendings)

Roche en place.

A. D.







References

  1. Debénath A. et Jelinek A. et al., 1998: Nouvelles Fouilles à La Quina (Charente) Gallia Préhistoire, 40, 1998, p. 29-74



Back to Don's Maps


walls of china Back to Archaeological Sites